Le train de 5 h 50

Le train de 5 h 50


Gabrielle Ciam

Hier, dans un vide-grenier, je suis tombé sur un vendeur qui bradait sa collection de livres érotiques contemporains. Il avait fait des lots d’une dizaine de titres, enveloppés dans de la cellophane, vendus pour presque rien. J’ai acheté un lot avec des romans d’Anaïs Nin (je connais son histoire, mais je n’ai rien lu d’elles), Guillaume Apollinaire, Sade, Marie Bauman, Pauline Réage, Stephen Vizinczey (je viens d’écrire un compte-rendu de son « Éloge des femmes mûres » ce matin), etc.

La littérature érotique ne m’attire pas plus que ça, mais j’ai pensé que c’était l’occasion d’en découvrir certains aspects. Donc vous allez avoir droit à des fiches de lecture sur ce thème dans les jours à venir.

Le roman, ou plutôt la longue nouvelle de Gabrielle Ciam s’intitule « Le train de 5 h 50 » et raconte l’histoire d’une rencontre amoureuse entre une femme et un homme… dans le train de 5 h 50. Les deux points de vue sont exprimés, parfois crûment. Certaines scènes sont assez chaudes, particulièrement dans l’usage qu’ils font de leurs pieds lorsqu’ils sont assis face à face. Et puis plof, au bout de 72 pages, ça retombe (si je puis dire)…

jllb

Laisser un commentaire