Les romanesques

Les romanesques

Les romanesques
Pièce de théâtre d’Edmond Rostand

Dans cette pièce représentée pour la première fois en 1894 (Edmond Rostand avait 26 ans !) l’auteur s’interroge sur le besoin de romanesque que ressentiraient nombre d’entre nous dans leur vie. C’est son premier grand succès au théâtre, trois ans avant Cyrano de Bergerac.
Sylvette et Percinet s’aiment, car leurs pères se détestent. Leurs deux propriétés familiales sont séparées par un mur contre lequel ils se retrouvent chaque soir. Tels le Cid et Chimène, ils cherchent un moyen de contredire le destin et de faire vivre leur amour au grand jour.
Ce qu’ils ne savent pas, c’est que leurs pères, Bergamin et Pasquinot sont en fait copains comme cochons et qu’ils ont toujours eu l’envie de marier leurs enfants. Mais ils savent que ceux-ci n’accepteraient pas d’épouser une personne imposée par leurs pères. Ils ont donc inventé ce stratagème pour que leurs enfants tombent amoureux. Mais comment en sortir ? Ils imaginent de faire enlever Sylvette par des spadassins d’opérette que Percinet mettra en déroute facilement, croyant être un héros. La ruse fonctionne : le mercenaire Straforel est chargé d’organiser le faux enlèvement. Les deux jeunes tombent dans le panneau. Percinet est persuadé avoir sauvé sa dulcinée : les deux pères devant un tel événement jouent la carte de la réconciliation et acceptent le mariage prochain de leurs enfants (ce qu’ils ont toujours voulu…)
Les choses vont se gâter lorsque Sylvette et Percinet vont tomber sur la facture de Straforel et découvrir que tout n’était qu’un coup monté : ce qu’ils avaient pris pour une belle action romanesque n’était qu’une comédie. La conséquence est immédiate : ils se plaisent moins l’un et l’autre et repoussent l’idée de ce mariage arrangé.
Un autre rebondissement que je vous laisse découvrir viendra conclure cette pièce douce-amère qui pose la question : peut-on s’unir durablement sans le souffle romanesque de l’amour ?

Dans sa première représentation au théâtre en 1894, Sylvette est jouée par Suzanne Reichenberg, Percinet par Charles Le Bargy, Bergamin par Louis Leloir, Pasquinot par Pierre Laugier et Straforel par Maurice de Feraudy.

jllb

Laisser un commentaire