En thérapie

En thérapie

En thérapie
Série de Olivier Nakache et Éric Toledano, inspirée de la série israélienne « Betipul ». (J’ai classé cet article dans “Mes lectures” bien qu’il s’agisse d’une série…)

35 épisodes d’une demi-heure plus les « making of » avalés en deux jours : c’est dire à quel point cette série m’a captivé. Je vous en parle pour vous en donner le cadre, sans en révéler le fond du contenu.

Réalisée avec intelligence, parfaitement mise en scène et superbement interprétée, elle réveille les anges et les démons qui vivent en nous et avec lesquels nous devons apprendre (ou pas) à vivre.

Ce n’était pourtant pas gagné puisqu’elle ne contient aucune scène d’action. Chaque épisode (à part deux ou trois vers la fin) est le compte-rendu filmé en 30 minutes d’une séance de thérapie. On suit quatre patients plus la contrôleuse du psychanalyste. L’ensemble est donc construit sur une série de cinq épisodes qui reviennent 7 fois.

Quel est le contexte ?
Les entretiens se déroulent dans le cabinet de Philippe Dayan, psychanalyste confirmé âgé d’une cinquantaine d’années. Le cabinet se trouve dans son appartement situé à deux cents mètres du Bataclan. L’histoire commence peu après le 13 novembre 2015, jour de l’attentat meurtrier qui a fait 90 morts.

Qui sont les protagonistes ?
Les patients

Ariane
Ariane (Mélanie Thierry), environ 35 ans, est chirurgienne. Elle a été mobilisée pendant l’urgence de l’attentat et elle a opéré près de 48 heures d’affilée. Elle vit une relation de couple au bord de la rupture et tombe amoureuse du psy dès la première séance. Simple transfert émotionnel ? Véritable amour ? Comment va-t-il réagir ? C’est l’un des ressorts de la série.

Adel
Flic de la BRI, Adel a fait partie de ceux qui sont entrés dans le Bataclan lorsque l’attentat était en cours. Intelligent, sensible, très agressif, il porte en lui plusieurs traumas liés à la fois aux événements, mais aussi à son enfance, qu’on va découvrir au fur et à mesure que sa thérapie avance.

Camille
À 17 ans, Camille est l’un des espoirs de l’Équipe de France en natation. Elle vient voir le psy pour lui demander de rédiger un constat de bonne santé mentale. Elle sort d’un accident de vélo : percussion avec une voiture qui lui a cassé les deux avant-bras. Mais était-ce un accident ou Camille s’est-elle jetée volontairement contre la voiture ? Et si oui, pourquoi ? Dayan va mettre tout ça au clair.

Damien et Léonora
Ce couple est pleine crise. Léonora est enceinte pour la seconde fois et elle se demande si elle va avorter. Elle et Damien ne cessent de s’agresser. Elle a fait de brillantes études, lui est un autodidacte en rupture de banc avec sa famille qui le considère comme un raté. De fortes tensions s’expriment devant le psy. Va-t-il leur permettre de se rabibocher ?

Les psys

Philippe
Philippe Dayan, la cinquantaine passée et bientôt trente ans de métier est un psychanalyste très réputé. On le voit opérer dans la discussion et, pour ceux qui comme moi n’ont jamais fait d’analyse, la série nous donne quelques clés. Le psychanalyste définit un cadre rigoureux, ne porte jamais de jugement, ne cherche pas à guérir, mais à renvoyer à l’analysant sa propre image afin qu’il puisse se découvrir pour mieux assumer qui il est. C’est souvent long, parfois douloureux, ça touche des zones profondes, des souvenirs enfouis, des traumas cachés, mais le cadre parfaitement défini et les règles de stricte confidentialité permettent l’émergence des non-dits. Dayan s’est tellement consacré à son travail et à ses patients qu’il a négligé sa propre famille, son épouse, ses enfants. Et, au fur et à mesure que la série avance, alors qu’il doit rester solide pour ses patients, on voit sa vie personnelle se déliter.

Esther
Esther est la contrôleuse de Philippe. Chaque psychanalyste doit régulièrement rendre compte de son travail à un autre psychanalyste afin de voir s’il ne dérape pas avec ses patients. Mais Philippe a des comptes à régler avec Esther qu’il revoit après dix ans d’interruption. Une amitié les unit et des rivalités les ont séparés. Pourtant ils sont liés pour le meilleur et pour le pire.

Les autres personnages
Charlotte, l’épouse de Dayan vit très mal le délitement de leur couple. Quelques personnages secondaires apparaissent dans la série : les enfants de Dayan, le père et la mère de Camille, le père d’Adel et ses collègues…

Le casting
Alors là, bravo : le casting est d’enfer et les acteurs au top sont totalement investis dans leur rôle. J’ai un petit faible pour Mélanie Thierry (Ariane) tellement émouvante, Céleste Brunnquell (Camille) très cash, très touchante, et Carole Bouquet (on dirait qu’elle a fait ça toute sa vie : l’intelligence, la classe). Mais tous les autres sont également parfaits : Reda Kateb (Adel) magnifique dans ses emportements et ses faiblesses, Pio Marmai (Damien) mal dégrossi agressif au cœur tendre, Clémence Poésy (Léonora) coincée entre son désir de douceur et son envie de brutalité. Et enfin, bien sûr, Philippe Dayan le psy, personnage principal présent dans tous les épisodes, parfaitement interprété par Frédéric Pierrot, très juste et donc parfois énervant dans ses silences et ses regards appuyés. Une de mes amies me disait qu’elle aurait adoré l’avoir comme psy, mais que la réalité des analyses était souvent moins belle que ce qu’on voit dans la série…

jllb