L’Ombre Jaune

L’Ombre Jaune

L’ombre Jaune
Henri Vernes
1959

Entre dix et quatorze ans (1962-1966), j’ai dévoré les aventures de Bob Morane et de son fidèle ami Bill Ballantine. C’est ce qui m’a donné envie d’écrire des romans. Emporté par l’imagination d’Henri Vernes, je rédigeai à douze ans un (petit) roman d’une vingtaine de pages que je présentai à mes parents en leur portant leur petit déjeuner au lit (car j’étais un fils attentionné). Hélas, je n’ai pas retrouvé ce précieux manuscrit… ☹. Je me souviens que le héros était calqué sur Morane et qu’il se retrouvait coincé dans une pièce dont les parois se refermaient sur lui pour l’écraser. Plus tard, ce seront Jean Bruce et Frédéric Dard qui me pousseront à prendre la plume.

Chez Henri Vernes, comme chez Dard, le héros marche en binôme, toujours avec un faire-valoir : Morane/Ballantine, San Antonio/Bérurier. Instinctivement, j’ai repris ce schéma dans les aventures de Fafouine Babouin, mais en le féminisant : Fafouine Babouin/Justine Laberlue.

Ayant remis la main sur quelques exemplaires de l’édition originale de Bob Morane dans un vide-grenier (la série a démarré en 1952, année de ma naissance) je viens d’en relire un épisode : L’Ombre Jaune.

Il n’est peut-être pas inutile de resituer le personnage de Bob (Robert) Morane. Éternel trentenaire (33 ans pour être exact), c’est un ancien militaire. Bien que Français, il a dirigé durant la Seconde Guerre mondiale une escadrille de l’aviation britannique, la célèbre RAF. Il a donc de fortes attaches avec l’Angleterre. C’est durant cette période qu’il a fait la connaissance de Bill Ballantine, géant écossais, amateur de whisky, qui était son mécanicien. Bill a aussi son brevet de pilote et les deux hommes ont mené de multiples et périlleuses missions ensemble. Morane est le plus capé des aviateurs français et il a, à lui seul, descendu plus de cinquante avions allemands.

J’ai été surpris en rouvrant cet exemplaire (environ 58 ans après avoir lu le premier) de (re)découvrir le style d’Henri Vernes : c’est fort bien écrit, agréablement documenté et le vocabulaire est riche. Les livres sont calibrés aux alentours de 150 pages divisés en une quinzaine de chapitres. La lecture est donc très rythmée et il est facile de faire des pauses. Parfait pour les adolescents. Chaque aventure est très imaginative, mais l’intrigue reste franchement légère. Elle est ponctuée de rebondissements, de bagarres et de péripéties en tous genres et fait plus place à l’action qu’à la réflexion. Morane se bat avec un ennemi juré, « l’Ombre Jaune » tout comme James Bond avec le Spectre ou le commissaire Juve avec Fantomas.

L’Ombre Jaune (en réalité un très riche Chinois du nom de « Monsieur Ming ») apparaît dans de nombreuses aventures de Bob Morane. Sa nièce, la belle eurasienne Tania Orloff est née d’un père russe et d’une femme chinoise : la sœur de Monsieur Ming. À la mort de ses parents, elle a été élevée par Ming qu’elle admire et qu’elle rejette à la fois. Ses crimes lui font horreur, mais elle ne veut pas le quitter. Cependant, chaque fois qu’elle le peut, elle aide Morane, contre son oncle.

Mais que veut donc ce Ming ? J’ai été très surpris, en lisant cet épisode (écrit en 1959) de constater que, s’il utilise des méthodes de mafieux, son but est avant tout révolutionnaire et écologique. Il déteste la civilisation occidentale capitaliste et n’a qu’un but : l’abattre. Il veut la remplacer par une civilisation écologique ! Il le dit lui-même, je le cite (page 122) : « La civilisation occidentale s’est détournée de la nature : elle foule aux pieds toutes les lois morales. Aujourd’hui, on estime davantage un homme possédant des autos, des yachts, qu’un sage ou un philosophe cherchant la vérité pour assurer au monde une vie meilleure. Une existence mécanique, matérielle, sur laquelle pèsent de grandes menaces, comme celle de l’atome, voilà tout ce que votre civilisation offre à l’Homme. Et je veux détruire cette civilisation afin que tous les Humains puissent, dans l’avenir, goûter une vie paisible dans ce beau jardin qu’est notre planète… ». Mince alors ! On ne peut qu’applaudir des deux mains, pas vrai ? Si les intentions sont louables, la méthode l’est moins. Monsieur Ming serait un mixe entre Daniel Cohn-Bendit et la bande à Bader !

Dans cet épisode, il organise un chantage pour que les Anglais démantèlent leur centre de recherche atomique de Harwell. Ming est un antinucléaire notoire ! Étonnant, non ? Et cette opposition entre un chinois et l’occident n’est-elle pas une préfiguration annonciatrice du combat Chine/États unis qui se profile ? Voilà donc les idées, pré-soixante-huitardes, qui ont bercé mon adolescence… Henri Vernes était un auteur subversif. À l’heure où j’écris ces mots, 3 mai 2020, Vernes (auteur belge, de son vrai nom Charles-Henri Dewisme) est âgé de 101 ans et toujours vivant.

Si il est devenu, avec Bob Morane, l’un des maîtres de la littérature d’aventure, son lectorat se limite aux adolescents pour la bonne raison qu’il n’y a pas de sexe dans ses livres. Et c’est fort dommage, car avec un peu d’érotisme, la série se hissait facilement au niveau des Jean Bruce et autres auteurs d’espionnage. Certes Tania Orloff est très belle et manifestement amoureuse de Morane, mais leur relation reste sagement platonique. C’est frustrant. Ah ! S’il l’avait culbutée dans un fourré et s’ils avaient laissé exploser toute la libido qu’on sent bouillonner sous leur peau d’aventuriers, mon adolescence en eût été changée !

jllb

Laisser un commentaire